Olivier Giroud ne fait pas l’unanimité en équipe de France et ça ne sera probablement jamais le cas. Ses détracteurs mettront toujours en avant la non-sélection de Karim Benzema pour expliquer que le Gunner n’est qu’un élément de substitution, un faire-valoir, un joueur qui aurait dû se retrouver sur le banc sans l’affaire du chantage à la sextape en attente de jugement entre l’attaquant madrilène et Mathieu Valbuena.

Complémentaire de Griezmann

Ceux qui n’aiment pas Giroud le trouvent pêle-mêle trop lent, trop limité techniquement, pas assez décisif voire trop beau gosse. Si certaines des critiques peuvent se justifier, il n’en demeure pas moins que l’ancien avant-centre de Tours apporte énormément sur le plan offensif. Le numéro 9 des Bleus (1,92 m) ne rechigne jamais à la tâche, il gène la relance adverse en tant que premier défenseur, dispute chaque duel aérien avec gourmandise et se montre altruiste pour rabattre le ballon vers ses partenaires dès que possible.

C’est d’ailleurs sur une de ses remises de la tête qu’Antoine Griezmann a inscrit le but de la victoire contre l’Eire en huitièmes de finale dimanche dernier à Lyon (2-1). Dans la foulée, l’attaquant d’Arsenal aurait même pu être crédité d’une autre passe décisive lorsque sa déviation pour son compère colchonero qui filait au but a provoqué l’exclusion de l’Irlandais Duffy, permettant aux Tricolores de gérer tranquillement la fin de match.

Meilleur ratio que Benzema

Même constat au niveau de l’efficacité. Olivier Giroud a délivré les siens en marquant le premier but de la rencontre France-Roumanie (2-1) d’une tête rageuse. Une réalisation peut-être entachée d’une petite faute de bras sur le portier adverse mais qui traduisait bien la volonté décuplée de l’Isérois, point d’ancrage très intéressant. Cinq jours plus tard, la réussite fuyait en revanche le Gunner lors d’un frustrant France-Albanie (2-0) : sa tête smashée fracassait le poteau et Giroud laissait à Griezmann le soin de libérer les hommes de Didier Deschamps.

Pourtant, avec un ratio de buts supérieur à Benzema sous le maillot frappé du coq (35 % soit 18 en 52 sélections contre 33% soit 27 buts en 81 capes), Giroud ne devrait pas être tant critiqué. Il sait qu’il n’a pas l’efficacité ni le talent d’un Lewandowski, d’un Suarez ou d’un Thomas Müller (sans parler des prolifiques Messi et Ronaldo) mais que son apport offensif joue un vrai rôle dans la bonne marche d’une équipe de France pour laquelle rien n’est facile dans cet Euro.

Sagna: « Il est adroit devant le but »

Contre l’Islande, comme lors des matches précédents disputés face à des arrière-gardes renforcées, le puissant Olivier Giroud devra se démener pour mettre ses coéquipiers dans les meilleures conditions. Se sacrifier au nom du collectif car seule la victoire est belle, peu importe les stats. Le guerrier barbu connait son rôle par cœur. Il ne se défilera pas.

« C’est quelqu’un d’important pour nous, il est beaucoup plus qu’un point d’appui, il est un danger permanent, devant le but il est assez adroit. C’est un joueur-clé de l’équipe, il a essuyé des critiques mais il montre qu’il est décisif comme face à l’Eire », a expliqué Bacary Sagna vendredi en conférence de presse. Un bon résumé de l’influence positive exercée par Olivier Giroud quoiqu’on en dise.



lien

happy wheels 2